Incubateurs média : véritables leviers de l’innovation ou effet de mode ?

Incubateurs média : véritables leviers de l’innovation ou effet de mode ?

Dans un contexte d’expérimentation et de réinvention de leur business model, les groupes médias, à l’instar de Ouest-France, sont de plus en plus nombreux à lancer leur propre incubateur de startups, couvrant différents champs d’expertise, de la mobilité à la collecte d’info en passant par la vidéo, les nouveaux formats de diffusion ou encore l’innovation publicitaire. Témoignages croisés entre groupes de presse et startups.

Fabrice Bazard (Ouest-France)

Approche transversale chez Ouest-France

En partenariat avec Birming Group, Ouest-France vient de lancer OFF7, un accélérateur de startups spécialisé dans les médias et les services de proximité. A la clé, des locaux mis à disposition à Rennes et à Nantes et un apport possible en capital (jusqu’à 150 000 euros, en deux temps).

OFF7 permet aux startups de « s’inscrire dans une dynamique industrielle de projet, de test », souligne Fabrice Bazard, directeur du développement des activités numériques du Groupe SIPA Ouest-France.

Le groupe a commencé par une phase d’ateliers avec les différentes structures internes qui a permis d’associer des experts métiers à la démarche et qui seront en quelque sorte les parrains des startups. « On veut créer ce maillage de compétences. »

Si une startup travaille sur la sémantique, elle le fera physiquement en proximité avec la rédaction de Ouest-France. « On veut du collectif, de l’échange autour de nos projets. »

« On est un carrefour d’audience très important, il faut qu’on arrive à l’ouvrir pour trouver un nouveau pilier dans notre business model et ça on ne le fera pas tout seul. »

Fabrice Bazard met cependant en garde : l’activité d’incubation peut être très chronophage en interne.

« Les salariés de Ouest France sont déjà bien occupés, il faut les rassurer sur le fait que ce n’est pas de l’interruption permanente, il y a un peu d’organisation, pas trop car on veut de l’agilité, mais il faut trouver le bon dosage. »

Il insiste : « OFF7, ce n’est pas une opération de communication, c’est un sujet stratégique. La greffe doit prendre entre les équipes internes et les startups. On n’emploie pas le terme d’intégration : ce n’est pas ce que l’on souhaite faire, nous on veut créer un écosystème. »

Vincent Tessier (Prisma)

Incubateur interne côté Prisma

Vincent Tessier a créé sa startup New MediaPlus, spécialisée en conception et en développement d’applis mobiles, en 2006 et l’a vendu en 2012 à Prisma Media. Il rejoint alors la Direction Stratégie et Business Développement du groupe.

Si le groupe Prisma Media n’a pour le moment pas d’incubateur, il joue la carte de la proximité avec les startups par le biais des acquisitions. Durant ces 4 dernières années, le groupe a racheté 10 sociétés. La dernière acquisition en date est celle du Groupe Cerise (50 millions de visites par mois), dont l’expertise permet à Prisma Media de mieux appréhender des métiers qu’il ne maîtrise pas encore complètement comme la vidéo ou le social media et donc de s’inspirer des bonnes pratiques en interne.

« Nous souhaitons intégrer des startups pour conserver leur ADN et l’esprit entrepreunarial qui les anime. »

Chez Prisma Média, une forme d’incubateur de projets internes a été mis en place. Deux équipes de salariés avaient 6 mois pour imaginer de nouveaux médias. Un projet a été retenu par le comité de direction et les deux équipes ont fusionné pour travailler pendant plus d’un an sur la formalisation, la conception et le positionnement du nouveau produit.

C’est ainsi qu’a vu le jour Infonity, une appli mobile média qui s’appuie sur la personnalisation de contenu multi-format, d’abord lancée avec les contenus du groupe et qui s’enrichit aujourd’hui de contenus externes.

L’incubateur interne de Prisma Média permet donc de tester des méthodologies en termes d’organisation pour se rapprocher de l’esprit startup.

« On croit beaucoup à l’open innovation. On a réussi à créer une émulation entrepreunariale en interne » conclut Vincent Tessier pour qui cette démarche permet de renforcer les marques, de découvrir de nouveaux métiers en mariant journalisme et techno et d’inventer l’avenir.

Et pour les startups ?

La société Ownpage, qui met à disposition des éditeurs de contenus en ligne une technologie innovante de recommandation, est incubée chez Amaury Lab, l’incubateur du groupe Amaury. Ce choix était multiple selon Stéphane Cambon, son fondateur : « on avait un certain niveau de maturité avec des premiers services qui tournaient mais nous avions besoin d’un marché cible. » 

Après avoir défini des preuves de concepts avec l’incubateur, Ownpage a mené des expérimentations pour tester ses produits “en gestation” et vérifier leur ROI. La première expérimentation a été une véritable victoire commerciale. Depuis le lancement de l’Euro 2016, un briefing est envoyé par exemple quotidiennement dans une newsletter personnalisée aux abonnés premium de l’Équipe.

« Faire partie d’un incubateur permet d’accéder à de la donnée, à de l’expertise et de tester des choses in situ. »

 

À lire aussi dans Chantiers numériques #23, la veille collaborative du cluster : 

La suite de notre sélection Web2day 2016 : 

6 retours d’expérience : 

The following two tabs change content below.
Mathilde Hégron

Mathilde Hégron

Chargée de communication au cluster Ouest Médialab.
Mathilde Hégron

About Mathilde Hégron

Chargée de communication au cluster Ouest Médialab.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *