Des datas et des idées

Des datas et des idées

D’un côté FACTA, nouveau pure player d’info qui mise sur le datajournalisme et le fact checking, de l’autre le quotidien Le Parisien qui met la data au coeur de ses nouveaux formats.

Jean-Charles-Simon-speaker copieFacts & data :

Le nouveau site d’information FACTA se positionne, selon son créateur Jean-Charles Simon, comme « un média orienté fact checking et data journalisme ». Au sommaire : 1/3 des articles fact checking (signalétique vrai/faux accompagnant des articles), des articles explicatifs de sujets d’actualité, du datajournalisme (chiffres du jours, cartes,…). En parallèle de l’offre éditoriale, FACTA propose un « data center » dont l’objectif est de « permettre aux internautes un accès plus simple à la donnée ». Le site va ainsi récupérer en amont les données disponibles sur les sites fournisseurs de données (instituts, administrations,…) pour en proposer un accès centralisé  et simplifié.

Le modèle économique choisi pour le moment par ce pure-player est l’abonnement avec 2 offres : une1offre grand public  (5 euros / mois : accès à tous les contenus + data center + newsletter quotidienne) et une offre pro (25 euros /mois : accès grand public avec en plus téléchargements de jeux de données, publications hors logos).

Eric-leclerc-speakerCellule datajournalisme au Parisien :

Depuis le 1er juin 2014, Le Parisien a constitué une cellule intégrée à la rédaction permettant de produire de nouveaux formats autour des datas.  Une équipe actuellement constituée de 3 personnes pour le moment : un chef de projet – qui n’est pas journaliste (coordination éditoriale, technique et opérationnelle) – un designer et un développeur. Située au sein même de la rédaction, « l’évangélisation des équipes à ces nouvelles techniques a été rapide » selon Eric Leclerc, Directeur des Activités Numériques du Parisien / Aujourd’hui en France

Côté business, les constats sont également encourageants avec une audience plus forte et plus engagée : les articles avec production de datajournalisme ont ainsi généré 7 fois plus de pages vues et un temps de lecture supérieur de 15% à un article classique.

A suivre dans les développements futurs annoncés par Le Parisien : le recrutement d’un data scientist pour des formats plus élaborés, la mise en place d’un data center permettant aux lecteurs d’accéder aux données brutes et la possibilité pour les internautes de fournir des données aux journalistes.

voir la vidéo de la conférence

retour au sommaire

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *