3 conseils de l’équipe Social Media de France 24

3 conseils de l’équipe Social Media de France 24

À l’occasion d’une masterclass organisé le 27 novembre dernier par Audencia SciencesCom, nous avons rencontré l’équipe en charge de la vidéo et des médias sociaux chez France 24. Voici les conseils qu’ils ont prodigués aux étudiants.

Le groupe France Médias Monde réunit France 24, chaîne d’information continue trilingue ; RFI, la radio mondiale et Monte Carlo Doualiya, la radio universaliste en langue arabe. Ces trois chaînes émettent depuis Paris à destination des 5 continents, en 15 langues et rassemblent chaque semaine plus de 100 millions d’auditeurs et de téléspectateurs (mesurés dans moins du tiers de leurs pays de diffusion). Les trois médias du groupe rassemblent 60 millions d’abonnés sur Facebook et Twitter (juillet 2017).

Sur un temps d’échange avec les étudiants, ces trois professionnels nous ont raconté leur quotidien au sein de la rédaction. Voici les grands enseignements à tirer de leur expérience pour bien appréhender le métier de journaliste à l’ère des réseaux sociaux.

David Beaux

David Beaux

MATHIEU-BERTOLO

Mathieu Bertolo

Sylvain-Mornet

Sylvain Mornet

1/ Intégrer la vidéo au coeur de la stratégie de contenu

Aujourd’hui, « le coeur d’une stratégie de contenu, c’est le contenu vidéo » explique Sylvain Mornet. Elle représenterait 85% du trafic sur le numérique d’ici 2020. « Avant, la vidéo était un élément d’illustration. Là, le paradigme a changé. Elle est au coeur de la stratégie. La question, c’est qu’est ce qu’on met autour de la vidéo. »

Pour l’équipe dédiée, composée de 4 personnes qui oeuvrent au quotidien à la visibilité de la chaîne en vidéo sur l’ensemble des plateformes numériques, la vidéo mobile est le support privilégié, pour des questions d’agilité, de mobilité et de facilité de production.

Video Facebook France24

L’équipe utilise des vidéos déjà diffusées à l’antenne, reconditionnées par la suite pour les réseaux sociaux  mais crée également des contenus uniquement à destination des plateformes. Elle intègre également les productions des reporters de terrain, pour récupérer des rush et les fait parfois interagir avec la communauté via des Facebook Live.

Videos France 24

2/ S’adapter aux usages sur les réseaux sociaux

Sur Facebook, France 24 est la page fan média la plus populaire en France avec plus de 8 millions d’abonnés. La marque média rayonne aussi sur YouTube, où elle est le premier média d’info en termes d’abonnés et sur Instagram, avec plus de 500 000 abonnés.

Insta France 24

Alors que les émissions de télévision gagnent en interactivité, l’équipe est de plus en plus amenée à former les journalistes qui se rendent compte de l’intérêt des réseaux sociaux.

« Ce sont les usages qui dictent nos façons de travailler. On ne conçoit plus une émission de télévision comme il y a 20 ans. Les productions sont très séquencées, ce qui permet de poster des extraits de l’émission sur les réseaux sociaux, afin de faire rayonner la marque tout au long de la semaine. Sur Facebook, par exemple, on ne va pas diffuser une vidéo de 30 minutes mais on va renvoyer vers la chaîne YouTube à travers un extrait de 15 secondes. » explique Mathieu Bertolo. 

« Il faut tisser de vraies relations avec les internautes, délivrer du contenu mais aussi savoir écouter les communautés, identifier ce dont elles parlent. Quand on sait parler à son audience, l’ensemble du modèle devient vertueux. » martèle le manager des réseaux sociaux de France Media Monde.

Sylvain Mornet, en charge de la relation avec les plateformes, rappelle aussi la nécessité d’avoir de « tisser des relations saines et de confiance avec les réseaux sociaux, en ayant des échanges réguliers sur différentes problématiques, comme l’exposition optimale des contenus ou la création de formats dédiés à la plateforme. »

L’une des problématiques actuelles dans beaucoup de rédactions aujourd’hui est de défendre cette vision et de la faire infuser dans les modes de pensées : « La diffusion numérique, ça paraît évident pour beaucoup de monde. C’est le vecteur de visibilité numéro 1. Le problème, c’est qu’on peut être confronté à des personnes à haute responsabilité qui n’ont pas la même vision. »

3/ Rapprocher l’éditorial du marketing

Mathieu Bertolo, qui intervient davantage sur le growth hacking et la gestion des communautés, rappelle aussi l’importance des KPI (key performance indicator) qui représentent les mesures d’audience sur les différentes plateformes.

« L’énorme barrière entre journalistes et professionnels de la com’ et du marketing tend aujourd’hui à s’estomper. L’organisation des départements est en train de vaciller. Le marketing se rapproche de l’éditorial et les compétences d’un même métier évoluent. »

Aujourd’hui, les rédactions cherchent aussi « des profils agiles qui savent raconter des histoires et mettre en perspective une marque. »

« Tout est achetable. Même une vue s’achète, avec les campagnes sponsorisées. Mais la comparaison des vues de vidéos n’est plus le metric le plus important à prendre en compte. C’est le watch time qu’il faut regarder. » Entendez, le temps passé à regarder une vidéo. 

Le montage d’une vidéo est supervisé avec toutes les personnes présentes à la rédaction, qu’ils soient motions designers, chefs de projet, développeurs, graphistes etc. Au-delà du rapprochement entre l’éditorial et le marketing, l’heure est donc au croisement des compétences et des regards : « Notre quotidien c’est de mettre en lien toutes ces énergies et ces savoirs-faires pour une cible désignée. » conclue Sylvain Mornet. 

Pour aller plus loin :

The following two tabs change content below.
Mathilde Hégron

About Mathilde Hégron

Chargée de communication au cluster Ouest Médialab.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *