2015, un tournant pour l’info locale ?

2015, un tournant pour l’info locale ?

Par Julien Kostrèche (Ouest Médialab)

Joshua Benton est directeur du Nieman Journalism Lab de l’University d’Harvard et donc forcément bien au fait de la révolution numérique en cours dans les médias. Il a publié ce mois-ci une chronique qui a retenu notre attention et dans laquelle il fait part de ses inquiétudes pour l’avenir des éditeurs locaux. Résumé.

Du côté des journaux américains, dit-il, si les plans sociaux sont moins spectaculaires qu‘il y a quelques années, la baisse des effectifs se poursuit (-10% en 2015). Plus préoccupant, les éditeurs qui ont pris le taureau par les cornes en adoptant une stratégie “digital first” demeurent dans l’expectative : les paywall ne tiennent pas leurs promesses et le chiffre d’affaire publicitaire continue de diminuer. Du côté des télévisions locales, les perspectives ne sont guère plus réjouissantes : les jeunes sont toujours plus nombreux à bouder le petit écran et privilégient Facebook pour s’informer ; ceux qui restent fidèles à la TV s’abonnent à des services comme Netflix qui n’intègrent aucun contenu local.

Et du côté d’Internet ? Quelques nouveaux médias marchent fort comme BuzzFeed, Vox Media ou Vice, poursuit Joshua Benton, mais cela n’a que peu de conséquences sur le traitement de l’actu locale. Après tout, pourquoi ces derniers y consacreraient-ils une partie de leurs moyens ? Nul besoin d’avoir une antenne pour émettre ou de camions pour acheminer les journaux, autant de contraintes qui justifiaient hier une implantions locale. La diffusion des informations n’a plus de frontière. Quid des initiatives locales. Des blogs, des médias contributifs ou agrégateurs d’info ont vu le jour mais leur couverture de l’actualité est loin d’égaler celle des médias locaux traditionnels. Enfin, les projets plus ambitieux comme Patch, plateforme US d’info locale, ont malheureusement échoué et sans doute découragé les investisseurs.

Bref, si Twitter n’est pas assez gros pour intéresser les annonceurs, comment un journal local peut-il l’être, s’interroge le directeur du NiemanLab. L’annonceur local semble de plus en plus enclin à acheter de la visibilité sur Facebook ou Google qui sont en train de se tailler la part du lion sur mobile. On a cru au début des années 2000 qu’Internet était une chance pour les petits, les outils de production et de diffusion de contenu devenant accessibles à tous. Mais en 2015, Internet est bien devenu l’affaire d’une poignée de géants, implantés entre San Francisco et San José. Et dans ce nouveau paysage numérique, la place qu’occupera l’information locale est plus que jamais incertaine, conclut Joshua Benton.

Le même constat peut-il être fait en France ? La situation n’est pas aussi alarmante de ce côté-ci de l’Atlantique, notamment parce que les éditeurs locaux sont soutenus par des aides publiques de l’État ou des collectivités locales qui amortissent le choc. Mais les pure player locaux peinent aussi à trouver leur place. Nous en reparlerons d’ailleurs prochainement dans cette veille à l’occasion d’une étude sur les sites d’information hyperlocaux, étude commandée par Nesta et à laquelle Ouest Médialab est associé. Enfin, pour nuancer le tableau plutôt noir dressé par Joshua Benton, on pourra relire l’article sur les bonnes recettes du Texas Tribune, pure player qui cartonne outre-Atlantique, ou bien le dernier billet de Matt de Rienzo (à la tête du réseau LION – qui regroupe 110 sites d’info indépendants et locaux américains) pour qui un nouvel écosystème de l’information locale est bien en train d’émerger.

À lire aussi dans chantiers numériques #14, la veille collaborative du cluster : 

2 retours d’expérience (réservés aux adhérents du cluster) :

Loire-atlantique.fr : bilan du nouveau site web
Gaëlle Rivoal, responsable du pôle innovation & multimédia à la direction communication, revient sur la refonte du site Internet du département, entièrement recentré sur les services aux citoyens.

TV Rennes et Eliga lancent un jeu interactif
La startup Eliga et TV Rennes 35 ont réalisé ensemble un quizz interactif sur la culture bretonne. Estelle Bagot (Eliga) nous dit tout sur la conception de ce programme innovant.

2 autres articles à partager (en libre accès) :

– Les 20 nouveaux prototypes de médias financés par la Knight Foundation (par Philippe Roux)
La fondation soutient un programme de financement des projets de nouveaux médias. Petit tour inspirant des projets retenus.

Quoi de neuf chez Facebook et Twitter ? (par Mathilde Hégron).
Les mises à jour à ne pas manquer : petit récap’ de rentrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *